Voyance pour la famille

Le bonheur

Pour de nombreuses personnes, le bonheur n’existerait pas parce qu’il ne serait pas possible de maintenir des moments positifs pendant une longue période ; il est évident que cette position n’est qu’une banale erreur de généralisation, due à l’incapacité personnelle d’être heureux. Pour comprendre l’erreur des négationnistes du bonheur, il faut définir le bonheur en montrant qu’il peut être un “état durable”, locution dans laquelle les deux concepts qui peuvent conduire à une définition scientifique sont implicites. L’état implique une quantité qui peut le mesurer et le durable une quantité que nous connaissons tous, le temps.
Les trois états

Beaucoup de discours sur le bonheur se perdent en paroles vaines parce qu’ils tendent à considérer l’existence entière de l’individu. Dans ce cas, l’”État durable” est évidemment une utopie et cette utopie a toujours été le cheval de bataille de ceux qui voulaient nier l’existence (ou la possibilité concrète) du bonheur.

Tout devient étonnamment trivial si l’on se réfère à un moment existentiel : ce moment de joie que nous croyons tous possible. Il s’agit seulement d’analyser notre état par rapport à nos sensations instantanées, nos émotions du moment, et de ne pas l’appeler simplement “joie”, mais de l’utiliser pour une définition profonde du bonheur. En résumant nos émotions ponctuelles (c’est-à-dire de l’instant considéré) nous pouvons définir leur positivité d’un minimum (douleur) à un maximum (joie) en passant par un état neutre (sérénité), le zéro.

Le premier point fondamental est que seul le sujet peut juger de son état émotionnel instantané. Cela semblerait invalider toute prétention à l’objectivité, mais en fait ce n’est pas le cas puisque le fait qu’un sujet soit “plein de joie” à un moment précis ne signifie pas qu’il a une vie heureuse. Pensez à un toxicomane : il peut être dans un état positif sous l’influence de la drogue, mais combien de moments négatifs doit-il affronter dans son existence ! Le médicament serait un facteur positif s’il n’avait pas d’effets secondaires dévastateurs.

L’exemple du toxicomane nous permet de comprendre facilement le passage d’une définition “immédiate” à une définition plus continue et définitive. Il suffit d’introduire la notion de temps, qui nous permet de faire le point sur notre existence. Nous pouvons parler de joie, de sérénité et de douleur en nous référant à un moment existentiel, alors que l’équilibre total de notre vie n’est rien d’autre que la somme de tous ses moments. La qualité de vie est le paramètre qui exprime cette somme ; si nous disons qu’un homme a une vie de chien, nous voulons probablement dire qu’il a eu peu de moments de joie et de sérénité. Dans le graphique ci-dessous, les états émotionnels de la personne dépendante sont largement négatifs : la zone en dessous de zéro l’emporte nettement sur la zone de la petite portion au-dessus de zéro et le bilan total est résolument négatif.