5/5 - (29 votes)

Il arrive souvent de recevoir des appels de détresse de partenaires de personnes qui ont glissé dans la solitude radicale de la dépression. Soudain, ils ne reconnaissent plus leur bien-aimé, ils sont désorientés par son rejet, son absence, son éclipse du monde.

Ils se sentent impuissants, mis à l’écart, investis d’accusations déraisonnables, effrayés par des discours délirants et des sautes d’humeur non motivées. Toutes leurs tentatives de “remonter le moral” de l’autre avec des phrases de bon sens ou avec des incitations soutenues échouent lamentablement, alimentant la spirale de l’impuissance.

Les difficultés du partenaire ? Dépression amoureuse chez un homme ?

L’impact d’une dépression grave est déstabilisant pour toute personne qui y est confrontée, car toute tentative de l’affecter activement est fatalement condamnée à l’échec et mat. Mais les personnes impliquées dans une relation amoureuse vivent deux fois plus de désorientation qu’un ami, un parent ou un frère ou une sœur. Ceux qui aiment voient l’hypothèse sur laquelle toute relation authentiquement amoureuse est basée échouer : sans toi, ma vie n’a aucun sens. Comment est-il possible, demande-t-on avec angoisse à l’amant, que lui, même avec moi à ses côtés, soit si désespéré, si désespéré, si enfermé dans sa coquille ?

Dépression amoureuse chez un homme ? Alors il ne m’aime pas vraiment ! L’idée est forte.

Ainsi, le camarade perd la foi en la réciprocité. La dépression donne lieu à ce malentendu : si tu t’éloignes, si tu m’exclus de ta vie, cela signifie que je ne suis pas assez bien pour toi. De cette façon, il arrive malheureusement que ceux qui souffrent du soi-disant ” mal noir “, déjà accablé par son poids, soient laissés pour compte, parce qu’ils ne sont pas en mesure de transmettre à leur partenaire un sentiment de sécurité et de stabilité émotionnelle.

Ou bien il n’est pas abandonné mais on lui reproche sans cesse de ne plus être ce qu’il était avant, ou ce qu’il semblait être, ou ce qu’il était censé être. Cela arrive dans de nombreuses familles : le conjoint reste mais est accusé d’agression permanente, de ressentiment pour des attentes déçues. Alors il essaie de changer l’autre, il ne l’accepte pas, il veut le guérir, le soigner.

Dépression amoureuse chez un homme ? Fureur thérapeutique ou simple acceptation ?

Rien n’est plus dangereux en amour que “Je vais te sauver”. La fureur thérapeutique du partenaire cache toujours une non acceptation, un non vouloir tenir compte de la diversité angulaire et inassimilable de l’autre, conférée dans ces cas par le malaise psychique. Une fragilité qui souvent ne peut pas être éliminée, qui peut certainement être guérie, améliorée, soumise à des franchissements mais non effacée dans une utopique “restitutio ad integrum”.

Il y a des situations qui vont vers des rémissions, même longues, mais les rechutes ne peuvent pas être exclues. La dépression, qui attaque le psychisme, habite un territoire qui ne peut être défini ” tout court ” comme une maladie, mais qui ne peut non plus être défini comme une simple façon d’être parmi d’autres. Il existe de nombreux types de dépression, certaines mystérieusement “endogènes”, d’autres “réactives” aux facteurs de stress, d’autres encore liées à une attitude de renoncement existentiel.

Les cas les plus chanceux sont ceux où le partenaire est capable de comprendre que le rejet n’est pas un vrai rejet, même lorsqu’il semble se radicaliser en une impénétrabilité presque totale. Dans ces situations, la capacité d’aimer est maximale, car elle est désintéressée, elle se dépouille de toute attente et accepte l’existence de l’autre pour ce qu’il est, même dans son imperfection la plus douloureuse et la plus mortifiante. Le véritable amour peut accepter l’impensable, il peut tout supporter. Sans s’asphyxier avec des attentes de guérison ou de sacrifice ostentatoire. Il embrasse l’autre comme une créature particulière et unique, même si sa structure est minée par la souffrance mentale. Il y a toujours une partie saine, l’âme, la personne, l’être (vous pouvez l’appeler comme vous voulez) qui est et reste autre que les agressions qu’elle subit.

Dépression amoureuse chez un homme ? Ils aiment vraiment !

Des amours comme celles-ci existent, elles se voient encore dans leur rareté et peuvent être un exemple pour ceux qui entrent en crise, pour ceux qui ne reconnaissent plus le visage de l’être aimé. Ce n’est ni la culture ni la connaissance des troubles mentaux qui font la différence. Bien sûr, ce sont des choses utiles. Mais ce qui permet de rester dans la tempête qui s’abat inévitablement sur le lien, c’est la volonté de tout accepter, d’aimer sans conditions.

Celui qui a reçu le don de l’amour inconditionnel est peut-être celui qui est le mieux à même de jongler avec les situations les plus complexes sans les alourdir et les dramatiser davantage. Sa confiance en soi ne dépend pas de ce que l’autre dit ou fait, elle tient bon malgré les blessures inévitables infligées par son compagnon qui a plongé dans le tourbillon de la tristesse la plus profonde. Mais quelque chose peut aussi être appris par les autres, les plus insécurisés.

Il est clair que vivre à côté de quelqu’un qui touche les sommets de la souffrance mentale produit à son tour de la douleur. Mais en l’absorbant et en la laissant couler vous pouvez, tout en gardant un détachement et une conscience de votre individualité, la juste lucidité pour y faire face courageusement. La souffrance n’est pas niée mais elle n’enlève pas tout, elle laisse place à l’espoir.

Quand le déni et la demande s’entremêlent ! Dépression amoureuse chez un homme ? Que faire ?

Si la personne déprimée souffre précisément de l’éclipse d’espoir, sa survie dans le couple est d’une grande aide pour traverser l’état de deuil. Mais la guérison ne sera pas du tout entre ses mains, elle sera entre les mains d’un professionnel (que ce soit un psychothérapeute ou un psychiatre) pleinement conscient de ce à quoi un partenaire ou un ami échappe souvent : la mélancolie implique une très forte contradiction.

D’une part, il donne lieu à un rejet clair de la relation, d’autre part, il affine des antennes très sensibles et capte le moindre signe de fatigue dans l’autre. Même lorsque les visages sont fermés au regard des autres, cela ne signifie pas qu’ils ne perçoivent pas, qu’ils ne perçoivent pas. Qu’ils ne ressentent pas de façon aiguë la disponibilité humaine radicale de l’interlocuteur ou son absence désolante.

La dépression échappe aux échanges interpersonnels mais en même temps elle est dévorée par la poignante nostalgie de la communication perdue. Dans la fermeture absolue, il reste un espace ouvert à l’espoir, et tout thérapeute suffisamment expérimenté le sait. Il sait qu’il ne peut pas franchir certaines limites, mais il sait que le silence et la véritable écoute, le simple fait d’être là, ont une faible résonance même chez le patient le plus renfermé (ce qui est souvent confirmé par les récits lorsque la dépression disparaît).
Limites et possibilités thérapeutiques

Les outils techniques utilisés par la psychothérapie et la psychiatrie ont des limites, étant donné la complexité du sujet qu’ils tentent de traiter. Mais un thérapeute qui en est conscient peut d’autant plus offrir ce qui ne peut jamais manquer, à savoir la solidarité humaine et la volonté d’écouter et de comprendre.

La conscience de la persistance de l’humanité et de la sensibilité dans le sujet le plus désespéré et le plus fermé de son monde, le besoin de communiquer qui s’agite derrière le mutisme et la pétrification de la parole peut alors être une boussole pour tous ceux qui sont confrontés aux métamorphoses incompréhensibles de leurs proches.

Parfois, quelques conversations avec un thérapeute suffisent à éclairer certaines dynamiques et à leur donner un sens. Ensuite, les ressentiments, les déceptions et même les efforts directs pour modifier le partenaire peuvent être laissés de côté pour faire place à une présence qui ne demande rien et n’offre rien. Qui dépasse donc ce circuit de donner et de recevoir qui pollue tant les relations entre les personnes et les réduit à de purs renforcements du narcissisme individuel.

Vous souffrez de dépression amoureuse ? Appelez- nous ! Nos coachs de vie peuvent vous aider !