Votez pour nous ?

Nous avons récemment organisé un cours d’une journée sur la communication de couple sur le plateau de Fribourg : des paysages enchanteurs, de nombreux couples amoureux à la recherche de nouvelles stratégies pour améliorer encore leur relation. En réfléchissant à certaines des “règles” qui garantissent un amour durable, une affirmation en particulier a surpris certains participants : il est important de faire passer le partenaire et la relation en premier.

Certaines mères ont sursauté, secoué la tête. Quelle idée saugrenue ! Est-il possible pour une mère de faire passer son partenaire avant ses enfants ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Est-ce juste ?

Est-ce que c’est bien pour les enfants d’abord !

Je suis moi-même mère de deux beaux et énergiques enfants, des garçons maintenant âgés de 10 et 12 ans. Je connais ce sentiment fort qui vous lie à ceux qui ont été la chair de votre chair, cette voix de votre cœur qui vous fait dire : “si tu as besoin de moi, je serai toujours là pour toi”.

On dit que les enfants restent des enfants pour toujours, mais pas les maris. En d’autres termes : vous ne pouvez pas divorcer de vos enfants, mais vous pouvez divorcer de votre mari. C’est une réalité que les femmes que je rencontre en thérapie de couple et en coaching citent souvent, même si d’un point de vue psychologique et émotionnel les choses ne sont pas tout à fait comme ça.

En effet, il est également vrai que le développement psychologique normal de chaque individu prévoit, à un certain moment de son développement, qu’il se sépare et “divorce” émotionnellement de ses parents, de sa mère, pour devenir un individu adulte et séparé, et pouvoir s’investir dans une relation amoureuse adulte avec un autre être humain, son égal, et ainsi créer à son tour un couple puis une famille, pour avoir des enfants qui tôt ou tard “divorceront” de leurs parents et suivront leur propre chemin, à la recherche d’un partenaire et du bonheur ….. et cela est nécessaire pour que l’histoire de l’humanité dans son ensemble continue.

Ce chemin naturel de la séparation d’avec les parents et de l’individuation (la définition de Jung de devenir adulte et séparé) n’est pas toujours sans douleur ni sans heurts.

Il arrive parfois que les parents ne veuillent pas lâcher leurs enfants. En tant que psychothérapeute et coach, je rencontre quotidiennement des hommes et des femmes adultes qui ont du mal à se réaliser et à prendre leur envol car ils sont encore trop occupés à être des enfants. Dans ces cas, le cordon ombilical n’est jamais coupé, et cela se produit plus facilement si une mère investit toute son énergie à être une mère, avant même d’être une femme.

En effet, si en nous regardant dans le miroir nous sentons avant tout que nous sommes des parents, cela peut être un problème pour la femme et le couple de laisser partir celui qui a été et est encore la raison de notre vie, le motif fondateur de notre identité.

C’est aussi pourquoi je pense qu’il est important de se mettre en avant, ainsi que son partenaire, pour cultiver sa relation amoureuse. Il est aussi et surtout juste pour les enfants, de les libérer.

Il est également crucial de maintenir la relation en vie !

Du point de vue du couple, si vous voulez éviter le “syndrome du nid vide” lorsque votre enfant suivra sa propre voie, le fait de vous voir dans l’avenir essentiellement comme une femme, aux côtés de votre partenaire, facilitera cette transition, tant pour vous que pour votre enfant, et vous permettra de préserver votre amour pour votre partenaire et d’éviter de vous réveiller demain à côté d’un étranger.

C’est ce qui arrive aux couples qui sont avant tout des couples parentaux, c’est-à-dire unis uniquement par l’objectif commun d’élever les enfants et de gérer la famille, mais distants sur un plan plus intime et personnel. Dans ce type de couple, la communication est axée sur les choses à faire, les engagements et le besoin de coordination, mais il manque un lien émotionnel profond entre les partenaires. Dans ce type de couple, les enfants servent de ciment et lorsqu’ils partent, le couple entre en crise et peut se briser. Il peut donc arriver que les enfants restent et continuent à préoccuper leurs parents, précisément pour que le couple puisse continuer à exister.

Il est donc important de cultiver dès le départ la conscience que les enfants ne sont pas éternels, et que l’amour du couple, s’il n’est pas cultivé, meurt.