1.2/5 - (21 votes)

Bonsoir,
Je suis une jeune fille de 34 ans et je vis un moment de crise profonde qui revient malheureusement pour la deuxième fois.
Cette crise a éclaté il y a quelques jours lorsqu’une amie très proche m’a révélé qu’elle était enceinte et j’ai eu l’impression qu’on m’a jeté une bombe au visage. J’ai été essoufflé pendant un moment, puis j’ai fait semblant d’être heureux pour elle.
Je suis rentrée chez moi et mon partenaire m’attendait. Je ne savais pas si je devais tout lui dire ou garder tout pour moi, mais j’ai finalement décidé de m’ouvrir et à partir de là, je n’ai plus été la même.
Cela fait un moment que le sujet des enfants a été abordé entre nous et à chaque fois je lui ai expliqué que je ne me sentais pas prête et qu’au fond de moi je ne sais pas si je le serai un jour et que je n’arrive pas à bien formuler mes pensées, dans le sens où je ne suis pas forcément pro-enfants, je ne pense pas qu’une femme n’est pas complète si elle ne les a pas ou que le fait de ne pas en avoir compromet la vie d’une personne. J’ai juste peur de ne pas être sûre de ce que je ne fais pas et je ressens terriblement le poids des années qui passent, de la société qui attend quelque chose, des amis et des parents qui pensent que si vous n’avez pas d’enfants, vous êtes exclus. Peut-être que j’en fais une affaire plus importante qu’elle ne l’est, mais malheureusement, même un petit commentaire ajouté à beaucoup d’autres au fil du temps m’a conduit à presque refuser de parler de ce sujet.
Au fond de mon cœur, j’ai peur que le problème vienne de la relation avec mon partenaire, avec lequel j’ai connu des hauts et des bas.
Notre histoire commence par une amitié profonde, depuis que nous sommes enfants. C’était une véritable amitié, faite d’amusement et de discussions où nous nous sentions tous deux libres de nous exprimer et sûrs que l’autre serait toujours là. Jusqu’au jour où il a rompu avec sa petite amie de l’époque et que je suis restée célibataire. Nous avons commencé à nous fréquenter de plus en plus et à nous découvrir d’autres façons, dans le sens où nos conversations sont devenues de plus en plus intimes et où nous nous sommes également amusés à nous taquiner. Peu de temps après, il a commencé à sortir avec une fille, lui faisant clairement comprendre qu’il était très attaché à moi et qu’il n’aurait voulu renoncer à notre amitié pour rien au monde. Pour ma part, je commençais à être jaloux et leur relation m’agaçait. Un jour, j’ai décidé de lui dire et à ce moment-là, j’ai commencé à ressentir une tension entre nous et une attraction jamais (mais vraiment jamais) ressentie auparavant. Il l’a sûrement ressenti aussi parce qu’à ce moment-là, nous nous sommes embrassés pour la première fois et à partir de là, lentement, il a quitté la fille qu’il voyait et nous avons commencé à nous voir non seulement comme des amis. Petit à petit, nous avons essayé de comprendre ce qui était là jusqu’à ce que, un peu dans l’incertitude, nous décidions de nous réunir.
Bientôt, cela fera 10 ans de vie passée l’un à côté de l’autre, au cours desquels nous avons presque immédiatement décidé de vivre ensemble (ce qui était surtout voulu par moi qui me sentais impatient de la situation pesante que je vivais à la maison avec mes parents).
Il y a quatre ans, nous avons traversé une autre crise grave, car je n’étais plus sûre de mes sentiments. Je suis allée voir un psychologue qui m’a fait réfléchir à nos points forts et à l’issue de la thérapie, j’ai décidé de rester avec lui.
Au fil du temps, j’ai toujours eu une petite voix intérieure qui ne me faisait pas vivre pleinement l’histoire. Les questions que je me suis posées et qui aujourd’hui sont apparues inexorablement et cruellement à la lumière sont les suivantes : et si j’avais pris tout cela pour de l’amour alors qu’en réalité il ne s’agit que d’amitié ? pourquoi certaines choses ne sont pas naturelles avec lui ? et si en le quittant j’avais jeté tant de belles choses que nous avons passées ensemble et que j’ai regrettées ? et si je ne voyais pas vraiment ce que nous avons parce qu’il y a peut-être d’autres choses dans ma vie que je n’aime pas et qui m’absorbent complètement ? et si j’avais simplement peur de le quitter ?
Bref, beaucoup de doutes qui m’épuisent, me pompent mon énergie, me font passer des nuits blanches et ne me donnent pas la chance de continuer. Je me sens terriblement coincée et j’ai peur de prendre des mesures importantes comme avoir un enfant.
Il y a une partie de notre couple qui est très importante pour moi et qui ne fonctionne pas : le sexe. Avec lui, je ne me sens plus attirante, féminine, une femme. Je ne ressens plus cette charge sexuelle que je ressentais il y a de nombreuses années, cette envie de posséder le corps de l’autre, de me sentir libre de m’exprimer et de ressentir du plaisir. Je ne ressens plus toutes ces choses et chaque fois l’acte sexuel est un peu un effort qui se transforme la plupart du temps en plaisir grâce à la fantaisie de mon esprit qui m’emmène ailleurs.
J’ai peur, j’ai peur de laisser partir tout ce que j’ai, ce qui, je m’en rends compte, est beaucoup : notre relation est faite de communication, de respect, d’engagement, d’un immense bien, d’une vie passée ensemble, de beaucoup de belles choses réalisées et de l’envie de passer encore du temps ensemble. Mais j’ai encore plus peur de passer du temps avec mes doutes, de ne pas avancer dans ma vie parce que je me sens toujours bloquée, j’ai peur de l’avenir et de ne pas trouver de solution à cet enchevêtrement de pensées.
Je suis vraiment désolée, j’ai été longue et peut-être que vous ne me répondrez pas, mais c’était déjà intéressant de pouvoir écrire.
Merci de prendre le temps de me lire et de donner aux gens l’occasion de s’ouvrir.