Abstraction faite de la controverse qui s’impose, je crois qu’il me faut pour l’instant citer au moins un exemple de ce qui vient d’être dit.
Pline le Jeune, Ier siècle av. J.-C., fait référence à une maison d’Athènes probablement infestée dans laquelle, parmi les bruits inexplicables de diverses sortes, un fantôme aurait été vu pendant la nuit. Il semblerait qu’un crime atroce ait été commis dans la maison et que ce soit la raison même des événements étranges.
Au Moyen Age, on ne compte pas les histoires d’infestations diaboliques et les manifestations du mal de différentes natures, certainement comme vous pouvez l’imaginer plein de fanatisme idéologique, certains cependant assez intéressants pour une recherche saine.
C’est aussi à cette époque que l’on peut retracer les principales histoires miraculeuses liées à la vie des saints, par exemple les stigmates de saint François d’Assise, les prémonitions de sainte Catherine de Sienne, etc.
Plus près de nos jours sont les prophéties de saint Pio de Pietrelcina et ses stigmates, les lévitations attribuées à saint Joseph de Cupertino, tous les faits que la parapsychologie étudie, a étudié, pourrait étudier, sérieusement et sans préjudice.
Comment ne pas mentionner les prophéties bien connues du médecin français Michele de Notre-Dame, plus connu sous le nom de Nostradamus ?
Des faits tels que ceux décrits et bien d’autres qu’il serait inutile de mentionner, bien qu’appartenant à ce qui est encore approprié et nécessaire pour définir l’inconnu, vont au-delà du spiritisme, aussi parce que précisément sur le spiritisme beaucoup ont encore des idées très confuses, ainsi que sur la recherche en place.
Beaucoup se disent chercheurs, experts en parapsychologie et spiritualisme, sans avoir ni les bases théoriques ni les connaissances pratiques pour pouvoir expérimenter sérieusement dans ce domaine.

La véritable période “expérimentale” de “parapsychologie” commence vers 1700.
En 1779, il convient de mentionner les études du médecin allemand Antonio Mesmer sur le magnétisme animal.
Mesmer a fondé sa théorie en mélangeant les études médicales, la recherche physique et les connaissances astronomiques, affirmant l’existence d’une influence entre les corps célestes, la Terre et le corps humain.
L’érudit a donc plaidé pour l’existence d’un “fluide” non spécifié capable d’enflammer les processus d’auto-guérison, s’il était consciemment dirigé dans cette direction.
L’intervention chirurgicale sur les “malades” se déroulait dans une sorte de rite qui prévoyait des lumières particulières, des sons bien choisis et une série d’autres pratiques qui, dans l’ensemble, favorisaient l’auto-suggestion sinon l’auto-hypnose, moments où de nombreuses maladies du type psychique (c’est-à-dire plus liées à une hypochondrie ou une confiance en soi) pouvaient vraiment guérir.
Les commissions d’examen nommées ont fait de nombreux tests pour tirer les conclusions ci-dessus et parmi les scientifiques qui ont étudié le cas, il y avait des chercheurs de renommée internationale, pour ne citer que  Franklin.
À partir des études de Mesmer ont commencé d’importantes recherches séparées sur l’état du somnambulisme et, plus tard, sur l’hypnose, états dans lesquels il serait possible, pour certains sujets, d’acquérir des facultés paranormales comme la clairvoyance, la prémonition, etc.

Demandez votre séance de voyance sans attendre !