5/5 - (35 votes)

Channeling et Voyance

Qu’est-ce que le Channeling ?

La canalisation est la possibilité spontanée ou intentionnelle d’entrer en contact avec des Anges, des Archanges, des Maîtres, des Maîtres, des Esprits Guides et avec le défunt.

Origine du terme Channeling

Le Channeling est dérivé de la Manche anglaise et peut être traduit comme un canal. C’est un mot introduit dans les années soixante-dix pour coïncider avec la naissance du nouvel âge, bien qu’il décrive des techniques très anciennes et différentes. Dans les dictionnaires spécialisés, la canalisation est généralement définie comme ” le processus par lequel un être humain entre dans un état de conscience non ordinaire et communique des informations reçues d’entités non physiques “.

Chamanisme et Channeling

Ce processus comprend parfois d’autres méthodologies, y compris le chamanisme et le spiritisme, qui ont néanmoins des limites spécifiques et distinctes.
Dans le chamanisme classique, par exemple, le contact avec l’entité non-physique est la conséquence d’une intention précise de la part du chaman et procède par l’exécution d’un voyage dans lequel l’opérateur lui-même prend l’initiative. En canalisant la relation avec l’entité n’est pas nécessairement le résultat d’un choix par le destinataire. Elle peut aussi se manifester spontanément et indépendamment de sa volonté.

Spiritisme et channeling

Dans le spiritisme populaire, le médium sert de canal de communication entre les êtres humains vivants et les âmes décédées généralement reconnaissables par le consultant, tandis que dans la canalisation des entités contactées comprennent également d’autres catégories : êtres de lumière, anges, êtres mythiques, sages, etc.

Possibilités opérationnelles de canalisation

Dans son approche la plus évoluée, la canalisation est destinée à établir le contact avec le principal Esprit Guide, ou Ange Guide, qui a la tâche de nous protéger et de nous accompagner pour le temps de notre existence terrestre. Avec l’Esprit Guide principal, il est possible de contacter d’autres entités bénéfiques ou des Êtres de Lumière qui sont parfois trop brillants pour être contactés directement.
Une autre possibilité opérationnelle implique l’activation du canal de communication avec l’Esprit Guide principal, ou Ange Guide.

Dans ce cas, au lieu de monopoliser la relation avec l’entité, le distributeur fournit les outils et le support qui permettent au consultant d’avoir une expérience de canalisation. Cette expérience, loin d’être accessible uniquement aux médiums, est à la portée de toute personne ayant un désir sincère. Ce n’est pas un travail difficile, car ce contact a toujours existé et il s’agit seulement d’en prendre conscience, de récupérer sa mémoire et de reconnaître les clés de son identification.

Channeling pour découvrir les mensonges ?

Beaucoup de gens disent que l’une des choses qu’ils tolèrent le moins est le mensonge. S’il existe des “menteurs parfaits” capables de mentir sans être détectés, il est assez facile de savoir quand quelqu’un vous ment, grâce à certains signaux transmis par votre corps qui, s’ils sont interprétés, peuvent révéler les mensonges les plus innocents.

De nombreux chercheurs ont constaté qu’il existe un lien étroit entre notre langage corporel et l’honnêteté de nos propos, comme pour dire que le corps dit toujours la vérité.
En dehors des relations personnelles, où le mensonge peut entraîner des désaccords et des disputes, apprendre à reconnaître un menteur peut également être d’une grande utilité dans d’autres situations, par exemple pour éviter d’être trompé par des escrocs ou des personnes sans scrupules.

Démasquer les mensonges est même devenu un métier, notamment dans le milieu judiciaire, un soutien pour ceux qui doivent déterminer la culpabilité de criminels potentiels. Il faut toutefois préciser que tous les menteurs ne mentent pas de la même manière et que certains sont si doués que leur corps ne les trahit pas. En fait, il n’existe aucun dispositif technologique permettant de savoir avec une certitude absolue si une personne ment.
Néanmoins, il peut être utile d’apprendre à devenir un détecteur de mensonges, il suffit d’appliquer quelques conseils et d’apprendre à lire les petites expressions du visage et du corps que la plupart des gens ne réalisent pas qu’ils font. Avec un peu de pratique, les résultats ne se feront pas attendre !
Visage et yeux

Ce qui révèle qu’une personne ment, ce sont principalement les micro-expressions faciales qui traversent le visage d’une personne pendant une fraction de seconde, révélant ainsi ses véritables émotions.
Normalement, une personne qui ment a tendance à froncer les sourcils ou à les déplacer de manière perceptible, créant ainsi de petites lignes d’expression qui révèlent l’émotion.
Un autre signe se trouve dans le nez : les gens ont tendance à se toucher le nez plus fréquemment lorsqu’ils ne disent pas la vérité, probablement en réponse à une poussée d’adrénaline qui fait affluer davantage de sang dans les capillaires du nez, ce qui provoque des démangeaisons.
Une personne qui ment a tendance à approcher ses mains de sa bouche, comme pour dissimuler les mensonges qu’elle raconte. Si la bouche et les lèvres semblent tendues, cela peut être un symptôme de stress.

Les mouvements des yeux sont également très importants : lorsque nous sommes en train de nous souvenir de détails, nos yeux se déplacent vers la gauche si nous sommes droitiers, alors que lorsque nous inventons quelque chose, nos yeux se déplacent vers la droite. La situation est inversée lorsque nous sommes gauchers. Autres signes de mensonge : cligner des yeux plus fréquemment, se frotter les yeux, porter les mains ou les doigts vers les yeux.
Contrairement à la croyance populaire, un menteur n’évite pas toujours le contact visuel : de nombreux menteurs habiles savent comment garder le regard sur leur interlocuteur ; en fait, il a été démontré que certains menteurs ont tendance à augmenter leur niveau de contact visuel en réponse au fait qu’ils savent comment cela peut les aider à éviter d’être exposés.
Corps

La transpiration est l’un des premiers signes à détecter : les gens ont tendance à transpirer davantage lorsqu’ils mentent, bien que cela ne suffise pas à déterminer si on leur ment. Certaines personnes peuvent transpirer beaucoup plus, peut-être en raison de leur nervosité ou de leur timidité. Si, en revanche, la transpiration excessive est associée à d’autres signes tels que les expressions faciales énumérées ci-dessus ou des difficultés à avaler et une tendance à rougir, il y a de fortes chances que nous ayons affaire à une personne peu sincère.
Un autre facteur à prendre en compte est la soi-disant incohérence entre le mouvement de la tête et ce qui est dit : si la tête hoche ou tremble comme pour exprimer une opposition et que cela contraste avec le sens du discours, cela peut être une forte indication de mensonge.
À moins d’être un menteur expérimenté, il est très facile de tomber dans ce genre de contradiction.
Un autre signe que quelqu’un ment est la manifestation d’une agitation, soit exclusivement avec son corps, soit par rapport aux objets environnants. L’agitation est le résultat de l’énergie nerveuse produite par la peur d’être pris.
D’autres facteurs sont liés à la posture corporelle : lorsqu’une personne dit la vérité ou n’a rien à cacher, elle a tendance à se rapprocher spontanément de son interlocuteur, alors que le menteur a tendance à s’éloigner, même s’il peut s’agir d’un simple signe d’aversion ou de désintérêt.
Chez les personnes qui disent la vérité, les mouvements de la tête et les gestes du corps ont tendance à refléter ceux de la personne en face d’elles. Une personne qui cherche à tromper peut être réticente à ce genre d’émulation spontanée. Ainsi, lorsque vous remarquez une différence entre votre propre attitude et celle de la personne en face de vous, soyez attentif et recherchez d’autres signes d’honnêteté.
D’autres signes incluent la respiration. Un menteur a tendance à respirer plus vite et sa bouche peut sembler sèche. Là encore, c’est parce qu’ils soumettent leur corps à un stress, ce qui fait que leur cœur bat plus vite et que leurs poumons ont besoin de plus d’air.
Les petits gestes tels que passer les mains dans les cheveux, ajuster la cravate ou tripoter le revers d’une chemise sont des signes à ne pas sous-estimer.
Voix et langage

Portez une attention particulière à la voix de la personne, qui peut être un bon indicateur de mensonge : un changement soudain de vitesse ou de ton est un signe fort de stress.
Les menteurs ont parfois tendance à s’attarder sur des détails insignifiants ou non pertinents, soit en réponse à la nervosité, soit dans l’intention de faire croire à tout prix à leur version. Il faut donc se méfier lorsque les informations sur un sujet ont peu de rapport avec le sujet lui-même. Dans ce cas, la quantité excessive et injustifiée d’informations ne sert qu’à détourner l’attention du mensonge en faveur de la petite partie de l’histoire que l’on sait être vraie. Un exemple : une personne qui ment sur l’endroit où elle a été a tendance à donner des informations inutiles sur d’autres aspects, évitant au contraire les informations objectives telles que le temps ou les personnes présentes dans ce lieu particulier.
La rapidité avec laquelle un menteur répond aux questions qui lui sont posées est un symptôme non négligeable : bien souvent, les menteurs ont déjà répété comment répondre, de sorte qu’une réponse trop rapide et impulsive peut être un signe fort d’anxiété pour prouver qu’ils disent la vérité. L’exact contraire pourrait également révéler qu’une personne ment : les mensonges nécessitent une sorte de révision mentale rapide pour empêcher le menteur de tomber dans d’éventuelles contradictions. Lorsqu’une réponse met trop de temps à arriver, il est bon d’être sur le qui-vive.
Certaines expressions verbales peuvent également fournir des indices de mensonges, par exemple répéter les mêmes mots exacts en répondant à une question, prendre du temps avant une réponse avec des phrases telles que “bonne question” ou “la réponse n’est pas si simple” ou “cela dépend de ce que vous voulez dire”, utiliser l’humour et le sarcasme de manière excessive, etc.
Considérations finales

Tous les signes examinés jusqu’à présent ne garantissent pas à 100% que nous avons affaire à un menteur, car il s’agit très souvent de symptômes liés à une situation de malaise ou de nervosité qui n’a pas nécessairement à voir avec le mensonge. Dans les limites du bon sens, il convient donc d’observer la situation dans son contexte et dans sa globalité, en essayant de dresser un tableau d’ensemble qui, rappelons-le, reste un indice et non une preuve.
Personne n’a le pouvoir de démasquer avec certitude chaque mensonge qu’on lui raconte, mais connaître les signes qui se cachent derrière un mensonge peut être une arme efficace pour éviter de commettre des erreurs ou de permettre à quelqu’un de profiter de notre bonne foi.