Life Coaching

Il va sans dire que pour le néo-cinisme la volonté de changer est une condition essentielle pour ne pas devenir irrécupérable.

Règle du changement – Pour améliorer sa vie, il faut être prêt à changer.

Il faut être prêt à tout faire ; tout signifie se remettre en question et souvent changer radicalement, abandonner les objectifs qui nous ont poursuivis jusqu’à présent : argent, carrière, amour, etc.

La phrase idiote “je suis comme ça, qu’est-ce que tu peux y faire ?” est la preuve la plus évidente d’une mauvaise prédisposition à changer sa vie.

Des désirs et des objectifs erronés sont la cause la plus fréquente d’une vie erronée. Une mauvaise personnalité donne une mauvaise vie.

La meilleure façon de mettre en œuvre sa prédisposition est de soumettre le cadre actuel de sa vie à une analyse critique impitoyable, qui peut même conduire à une révolution profonde. N’oubliez pas que si vous ne changez pas votre vie, vous ne pourrez pas corriger le moindre défaut. Le plus grand obstacle au bonheur est souvent notre propre inertie au changement !

Neuf fois sur dix, le bonheur dépend de nous.

Très souvent, la dixième possibilité est la santé, que nous pouvons favoriser par un bon mode de vie et une personnalité équilibrée.

Ceux qui ne veulent pas de changement ont souvent tendance à rejeter leurs problèmes sur les autres, sur le monde, sur la malchance. Pensez à la fréquence à laquelle nous confions une tâche à une personne qui la fait gratuitement, comme une faveur : si quelque chose ne va pas, de quel droit avons-nous le droit de ne blâmer que ceux que nous avons choisis ? Bien sûr, il est peut-être en partie responsable, mais nous sommes aussi en partie responsables de nos propres mauvais choix. Nous ne pourrons jamais vivre une bonne vie si nous sommes toujours prêts à rejeter toutes nos responsabilités sur l’extérieur.

Nous ne devons pas attendre du monde qu’il s’adapte à nous (les enfants éternels).

Il y a des gens qui parviennent à aider leurs amis à se sortir de situations très difficiles, mais qui ont ensuite une vie désastreuse. La raison en est que les règles élaborées pour les autres ne sont pas appliquées à eux-mêmes. Ces personnes vivent dans deux mondes : celui des autres (dont elles ont compris les règles) et le leur, qu’elles s’entêtent à vouloir faire d’une certaine manière : seule la réalité vient bouleverser leurs rêves et avec eux leur vie. Ils sont comme des enfants qui, parce qu’ils ne peuvent pas obtenir le jouet qu’ils veulent, pleurent, se désespèrent, se blessent.

D’autres personnes utilisent de mauvaises règles (par exemple, celles qui considèrent la richesse, le succès, etc. comme des conditions nécessaires au bonheur) et exigent que le monde réponde à leurs ambitions.

Prétendre que le monde devrait nous convenir, que les choses devraient être comme nous le souhaitons, trouver toutes sortes de moyens pour justifier nos désirs est le meilleur moyen de ne pas comprendre la réalité : pensez à tous les problèmes que vous pouvez avoir lorsque vous voulez que quelqu’un vous aime à tout prix. Vous savez que c’est une chose très stupide à faire, mais lorsque vous perdez la tête pour quelqu’un qui ne veut pas de vous, vous faites tout ce que vous pouvez pour prétendre que le monde vous écoutera et que votre amour sera réciproque. Vous pouvez devenir pathétique, violent, désespéré en fonction de vos caractéristiques individuelles, mais il n’y a qu’une seule réalité : vous êtes stupide !